Le départ

Entre drame philanthropique et satire politique, l’injustice le dévore, le métamorphose, délivrant un langage insoumis, frappant.



Un corps puissant, fragmenté, en lutte, agissant à l’instinct par une force féroce et sauvage. Il extrait de sa chair le fauve en chasse. Alerte et véloce, il anime les empreintes de son histoire, déplace les symboles religieux, traverse la déformation sociétale, se heurte aux lois de la jungle. Il vibre et résonne sous toutes ces enveloppes qu’il arrache et recolle. Impact, violence, choc, révolte.

Au travers des danses Hip-hop et patrimoniales, il créé son langage et pousse un cri de bataille où le geste est une nécessité. Fortement imprégné des coutumes et engagé dans la politique de son pays, Zora Snake dépeint des traces profondes, du rituel ancestral à la propagande du roi de la jungle. Dans un discours traditionnel parodié, il incarne l’illusion désespérée de l’espoir.
Entre drame philanthropique et satire politique, l’injustice le dévore, le métamorphose, délivrant un langage insoumis, frappant.

« ….Il faudra prendre en soi ce que l’on croit devoir combattre aujourd’hui au dehors. Le moyen de salut, c’est que l’âme humaine devienne le théâtre des combats. Tant que cela ne sera pas réalisé dans les âmes, ce que l’on constate de terrible, de catastrophique dans le monde extérieur, ne s’apaisera pas. Encore une fois, ce sont les hommes qui projettent dans le monde ce qu’ils n’acceptent pas dans leur être intime. Tout le reste n’est qu’apparence, là est la réalité… » – R. Steiner


Création Zora Snake
Mise en scène Zora Snake
Avec Zora Snake

Création musicale Pidj Boumboumdistortion
Lumière Etienne Talk / Hermane Coulibaly

Production Zora Snake avec Faso danse Théâtre, IF – Visa pour création, Le Triangle à Rennes, Cie Acetes, CCN La briqueterie



Interview :