Laboratoire d’Art Performance en immersion à Bamako

C’est parti pour deux semaines d’atelier et de recherche de mise en place de laboratoire d’art performance en immersion à Bamako.

Pour préparer la quatrième édition du festival  » Les Praticables « , un atelier sera coordonné par Zora Snake avec des artistes ( professionnels, débutants et citoyens des différents quartiers / Femme -Homme ).

Pour un théâtre populaire, la commune de l’art, la mémoire des quartiers et ses différentes évolutions, la mémoire des peuples et ses différents brassages.

Sous la direction de Lamine Diarra, Écrire la performance, la danse, le théâtre, l’Art en Afrique par et avec les africains eux même. Telle est l’une de notre lutte sur nos territoires.

Merci à toute l’équipe des praticables pour l’invitation.

On doit muscler l’art en Afrique.

Les masques tombent. Étape 2 Rendez-vous ce samedi 27 février!

Quelles sont aujourd’hui les traces et les non-dits liés à la colonisation qui persistent ?

Le sujet des restitutions de nos patrimoines culturels spoliés pendant l’époque coloniale en Afrique fait l’actualité depuis plusieurs années. La colonisation allemande en Afrique n’a pas échappé à la question des objets sacrés exposés dans les musées : le trône du sultan Bamoun Ibrahim Njoya est exposé dans le museum Fur Volkerkunder à Berlin.

Le pillage d’objets patrimoniaux, parfois en complicité avec certaines autorités autochtones locales, a rempli musées et collections privées. Les objets dépossédés de leur terre d’origine se désacralisent et se transforment en biens économiques pour une société postcoloniale. En disparaissant, ses objets ont emporté avec eux leur histoire, mais aussi la trace de ce que les ancêtres conservent et lèguent aux générations futures. Déportés, leurs chairs meurtries par les traces coloniales restent dans nos mémoires, leurs âmes résident dans nos esprits.

C’est dans cette idée que les deux artistes du Togo et du Cameroun à travers la danse, la performance et la sculpture, tenteront de questionner dans un premier temps les sujets sacrés et les non-dits de leur histoire, dans un second temps une création artistique bien au-delà des masques qui deviennent nos mémoires qui se dévoilent.

Opéra de Dijon : Zora Snake et Joy Alpuerto enchantent le palais

Deux chorégraphes donc l’un est camerounais et l’autre est américaine, se croisent pour danser « Le palais enchanté ».

La rencontre nait de la confiance du directeur du Théâtre national wallonie – Bruxelles qui a proposé au chorégraphe Zora Snake de travailler un duo sur le projet « Le palais enchanté » de Rossi. Une production de l’opéra de Dijon qui a émerveillée à distance les abonnés de la maison et les téléspectateurs.

Suite aux mesures des règles de sécurité sanitaire, le projet a été filmé sans spectateurs, spectatrices et mis sur la page officielle Facebook de l’opéra de Dijon et donc le visionnage était du 11 au 17 décembre 2020 comme prévu.

  Zora Snake :

Fabrice Murgia, l’actuel directeur du Théâtre national Wallonie-Bruxelles est admirateur du travail de la compagnie Zora Snake du Cameroun. Notre premier contact a été une rencontre forte, créée par le fait que j’ai eu la première place solo au concours chorégraphique Africa Simply the best – Burkina-Faso (Bobo Dioulasso), organisé par Serge aimé Coulibaly et Ankata (laboratoire des arts chorégraphiques et du spectacle vivant de Bobo Dioulasso).

Ma rencontre avec Joyc Alpuerto a été imprévue. J’étais à Berlin pour une résidence en Mai dernier pendant le 1er confinement, nous nous sommes croisés grâce à un ami danseur et chorégraphe au nom de Amigo que j’allais visiter dans son atelier.

Et ce fut une connexion forte car il se pourrait que Joy Alpuerto est l’une des danseuses de Akram Khan company donc j’admire beaucoup la rigueur du travail.

Fière de cette rencontre, j’ai donc gardé en mémoire Joy pour tenter de créer un projet commun. J’ai donc bondi sur l’occasion que le directeur Fabrice Murgia du Théâtre national de Bruxelles me proposait un duo avec une fille sur le plateau, qui interprètera plusieurs micro- rôles au-delà de la danse.

Et donc j’ai fait appel à Joy Alpuerto pour le projet « Le palais enchanté ». Une expérience unique sur un plateau de l’opéra pour ma première fois.

Joy Alpuerto:

I enjoyed working with Zora Snake very much. There was a sense of a deep Energetic connection that we had. And I felt we were both interested in similar ideas although our physicality was quite different. Dynamics of our duo was the key and the connection. It was explosive, violent, tender and had lots of tension. We tried to move physically to The opposite of the classical music.

When I watched Snake move I could feel he has been transported into another world and state. It was very inspiring.

Après Douala et Dschang, MODAPERF à Yaoundé

Du 19 au 22 Novembre à Yaoundé, venez vivre en live des performances d’artistes camerounais et des grandes finales Battle Modaperf. Ça va chauffer à Titi-Garage.

« Vaincre nos peurs et tenir le présent« . On ne lâche rien malgré la crise. Il faut boxer la situation !

programmation : https://zorasnake.com/modaperf-2020-le-programme/

MODAPERF à Douala, Dschang, Sonkeng en images

Dans cette 4ieme édition , après Douala et Dschang, nous avons également présenté des micros-performances dans le village natal, à Sonkeng non loin de Dschang.

Un voyage performatif et poétique au village des ancêtres pour échanger et dialoguer avec les esprits de la terre

MODAPERF 2020 – c’est parti !

En prélude à la 4e édition du Festival Modaperf Cameroun l’Institut français de Douala a accueilli plusieurs ateliers, nos remerciements à Mme Agathe Djokam et Mr Valery Ebouele qui ont accepté de partager une partie de leur expérience et savoir-faire en Danse/Performance et Son Régie Lumière.

Prochaine étape : conférence de presse, ce 12 Novembre de 9h à 11h à l’Institut français de Douala. Soyez des nôtres !

Retrouvez toute la programmation du festival : https://zorasnake.com/modaperf-2020-le-programme/

et suivez son actualité au jours le jour : https://www.facebook.com/ModaperfCameroun

L’Art doit vivre en temps de crise, servir la citoyenneté camerounaise, le combat continue !

Actualités artistiques

Danseur chorégraphe, artiste performeur, Zora Snake vient de remporter ce 3 octobre 2020 en Belgique, les Golden Artistic awards, organisé par Brukmer magazines à Bruxelles.

Déjà en 2019, Lauréat premier prix Acogny d’or, Africa simply the Best, concours chorégraphique au Burkina Faso (Bobodioulasso) avec 14 solo de 17 Pays africains représentés, organisé par Serge aimé Coulibaly et l’équipe du studio Ankata.

Zora Snake est l’un des interprètes créateurs de la nouvelle pièce chorégraphique « Wakatt » de Serge aimé Coulibaly

Et sera dans la prochaine saison du Théâtre national Wallonnie Bruxelles 2021-2022-2023.

En tournée dès Janvier 2021 en Europe, avec « Wakatt » de Serge aimé, « Le départ » de et par Zora Snake.

Auteur de la performance dansée « Transfrontalier » qui continue d’être présentée dans le monde, cette performance sera bientôt éditée en France et suivi des œuvres « Les séquelles de la colonisation« , « Au-delà de l’humain« …

Zora Snake a eu en 2020 la bourse du Goethe institut pour sa dernière performance écrite « Les masques tombent » , en collaboration avec Clay Apenouvan, Sculpteur plasticien du Togo avec musique live. Ils seront en résidence à partir du 3 janvier 2021 à Lomé, puis en mars à Paris, en Avril en Allemagne…

Actualité artistique à venir Zora Snake :

  • Récréâtrales du 22 au 29 octobre 2020 ”Wakatt »
  • Du 30 Octobre au 6 novembre 2020, intervenant comme professeur au conservatoire royal de Liège avec des étudiants Master Théâtre à l’Esact ( Workshop).
  • Du 6 au 9 novembre, « Le départ » à Utrecht, Spring Festival 2020
  • Du 10 au 22 Novembre, Festival Modaperf 2020 au Cameroun / 4ème édition ( Promoteur du festival)
  • Du 23 novembre au 17 décembre 2020 , création avec l’opéra de Dijon
  • Du 3 au 10 janvier 2021, première étape de résidence à Lomé ”Les masques Tombent »
  • Du 12 au 16 Janvier 2021, seconde représentation « Wakatt » au théâtre national wallonne Bruxelles

Modaperf 2020 – du 12 au 22 novembre

Du 12 au 22 novembre, venez vivre cette 4ieme édition concentrée à la création locale, à la danse et aux performances artistiques dans nos espaces publics et alternatifs des 3 villes sélectionnées du Cameroun.

La conférence de presse s’est tenue ce dimanche 19 octobre 2020 dans la ville de Dschang qui abritera le festival Modaperf du 16 au 17 novembre. 
Avec pour artistes invités : Cie Kamet Érika Afala; Cie Arc-en-ciel, Cie Dieuzyl The game contest 
Nous avons dévoilé la ligne artistique 2020 en situation (covid19), l’organisation du battle Modaperf 2020 et les prix des vainqueurs…
Cette année, nous aurons également des micros-performances dans le village natal, à Sonkeng non loin de Dschang. Cette programmation au sein de la cour familiale et en forêt a pour but de partager l’art en connivence avec les personnes les plus éloignées de la ville de Dschang, de communier  avec la nature, surtout en cette période qui bascule. D’échanger et de dialoguer avec les esprits de la terre.
Comment prendre des bénédictions collectives pour vaincre nos peurs et tenir le présent ? Un voyage performatif et poétique au village des ancêtres…

Prix Golden Artistic Awards 2020 / Belgique

Après le 1er prix Acogny d’or, Africa simply the best – Best solo dance attribué pour la creation « Le départ« , en 2019, à Bobo Dioulasso au Burkina-Faso (prix organisé par Ankata),

Voici le 1er prix Golden Artistic Award 2020 à Bruxelles, catégorie danse et chorégraphie, organisé par Brukmer Magazine. Honoré en larme par la députée européenne Madame Marie Arena.

Mon premier prix en Europe, une joie énorme pour toute une génération. C’est un rêve réel.

Je remets tout entre les mains du travail, des personnes profondes qui nous soutiennent, des artistes qui se battent dans ce métier, œuvrent pour nourrir ce qui se cache de magique dans ce monde.

Au cœur du Cameroun, au cheveux des ancêtres qui l’ont bâti corps et âmes, je dépose entre les bras d’une lutte pacifique pour la paix au Nord-ouest et Sud-ouest,

Bientôt sur scène WAKATT

Découvrez dès que possible, le dernier bébé de Serge Aimé Coulibaly, sa toute nouvelle création chorégraphique 2020.

Nous sommes dix interprètes créateurs de différents pays sur un même plateau, partageant une même envie, hurlant un même désir : Celui de retrouver un autre souffle de vie.

Malgré toutes les difficultés dues à la pandémie, Serge ne désespère. Amoureux de son métier comme son nom l’indique. Nous ne lâchons rien, nous croyons, nous aimons, nous continuons ! Venez vivre cette création, avec musique live.

Rendez-vous à Düsseldorf : 17, 18, 19 septembre 2020

à Bruxelles / Théâtre national : 22, 23, 24, 25, 26 septembre 2020

à Ouagadougou / les récréâtrales : 24, 25, 26, 27 Octobre 2020.

Avec Magic Malik en Live. Et des combattants : Adonis Nebie, Marco Labellarte, Jolie Ngemi la panthère, Naouele Antonia, Marion Alzieu, Sigue Sayouba, Bibata Maiga, Soura Ahmed, Jean Robert KiKi, Zora Snake.

Conception chorégraphique : Serge aimé Coulibaly. (C) Sophie Garcia. Ankata / Danse- Faso- Théâtre.

Nouvelle performance : « les masques tombent »

Une nouvelle page s’écrit !

Heureux de vous annoncer que la toute dernière performance dansée écrite  » LES MASQUES TOMBENT  » en collaboration avec l’artiste plasticien sculpteur togolais Clay Apenouvon, est parmi les six projets internationaux retenus. Le projet bénéficiera d’un fond pour sa réalisation 2020-2021 et sera introduit dans le projet de mémoire et performance sur « les séquelles de la colonisation » comme nouveau chapitre, donc nous rédigeons depuis 4 ans.Il sera en résidence au Togo (Lomé) et au Cameroun ( Dschang et Yaoundé ). Il continuera à Abidjan, à Paris, Berlin et à Bruxelles.

Merci à l’équipe administrative de l’association artistique la Cie ZORA SNAKE.

Après plusieurs nuits d’insomnie, voilà le résultat. Que l’art nous parle.